Paris, France, 18 mai 2020

Natixis prend ce jour deux nouveaux engagements dans sa politique de transition énergétique et climatique. Natixis cesse de financer les projets dédiés et les entreprises actives dans l’exploration et la production de pétrole et de gaz de schiste et met en place un calendrier de sortie totale du charbon thermique avec une échéance à 2030 pour les pays de l’UE et de l’OCDE et à 2040 pour le reste du monde. En outre, Natixis décide de ne plus soutenir les entreprises qui développent de nouvelles capacités de centrales à charbon ou de mines de charbon thermique.

Dès 2017, Natixis avait décidé de cesser les financements de projets dédiés et les financements d’entreprises actives dans les sables bitumineux et les pétroles lourds. Aujourd’hui, Natixis complète sa politique en étendant son engagement aux projets dédiés et aux entreprises actives dans l’exploration et la production de pétrole et de gaz de schiste. Natixis ne financera plus les projets d’exploration et de production de pétrole et de gaz de schiste, dans le monde entier. Natixis s’engage également à ne plus financer les sociétés dont l'activité repose à plus de 25% sur l'exploration et la production de pétrole et de gaz de schiste.

Après avoir cessé, dès octobre 2015, tout financement dédié à l’industrie du charbon thermique et un an après avoir abaissé à 25% le seuil du financement des entreprises du charbon thermique dans le monde entier, Natixis prend un nouvel engagement pour sortir définitivement du secteur du charbon : dès à présent, Natixis ne soutient plus les entreprises qui développent de nouvelles capacités de centrales à charbon ou de mines de charbon thermique, et sortira complètement du charbon thermique en 2030 pour les pays de l’UE et de l’OCDE et 2040 dans le reste du monde.

Ce calendrier de sortie totale du charbon thermique est cohérent avec le Scenario Développement Durable (SDS) de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE). Pour atteindre cet objectif, Natixis renforcera son dialogue avec ses clients, notamment énergéticiens, pour analyser dans quelle mesure leur mix d’activité est compatible avec les engagements de la banque par géographie. La banque sera amenée à cesser les relations avec les clients qui développeraient de nouvelles capacités de centrales à charbon ou de mines de charbon thermique.

Depuis de nombreuses années, Natixis a développé des expertises reconnues dans le domaine de la transition vers une économie bas carbone. Ainsi en 2019, les énergies renouvelables ont représenté plus de 90 % des financements dans le secteur de la production électrique et la capacité renouvelable installée par les projets financés atteint 6,1GW depuis les accords de Paris.

Natixis est également la première banque au monde à avoir mis en place un outil de pilotage du verdissement de son bilan avec le Green Weighting Factor, opérationnel depuis septembre 2019, qui évalue systématiquement l’impact climatique de chaque financement avant sa mise en place. Ce mécanisme interne d’allocation du capital vise à favoriser les financements les plus vertueux pour l’environnement et le climat.

François Riahi, directeur général de Natixis, a déclaré : « La crise liée au Covid-19 que nous traversons doit être l’occasion d’accélérer la transition énergétique pour limiter le réchauffement climatique. Natixis prend ces nouveaux engagements avec l’ambition de continuer à accompagner ses clients dans la transition de leur mix d’activité sur le long terme et à leur proposer des solutions concrètes et innovantes de financement. »

Fichier attaché

Contacts presse

Porte-parole lié