Les investisseurs institutionnels tablent sur les actions et les placements alternatifs en 2016, mais restent préoccupés par les tensions politiques internationales

Paris, France, 9 décembre 2015
  • En quête de rendement, les investisseurs renforcent leur allocation vers les fonds alternatifs
  • La volatilité du marché représente le risque majeur pour la performance
  • La plupart des investisseurs prévoient de réduire les durations obligataires de leurs investissements si les taux montent

Natixis Global Asset Management a interrogé 660 investisseurs institutionnels du monde entier sur leurs perspectives de marchés en 2016 et leurs projets d’allocation d’actifs. D’après les résultats de l’enquête publiée aujourd’hui, les investisseurs institutionnels anticipent que les actions seront la classe d’actifs la plus performante en 2016. L’enquête révèle par ailleurs que les investisseurs sont convaincus que les tensions politiques internationales et les changements de taux d’intérêt rendront les marchés volatils. En réaction, ils envisagent de renforcer la diversification de leurs investissements et de consacrer une part accrue de leurs portefeuilles aux actifs alternatifs.

Parmi les principaux résultats de l’enquête :

  • De grands espoirs pour les actions : les investisseurs institutionnels s’attendent à ce que les actions surperforment toutes les autres classes d’actifs l’an prochain, en particulier les actions internationales qui surpasseraient à la fois les actions américaines et les actions émergentes.
  • Recours accru aux actifs décorrélés : l’an prochain, la plupart des investisseurs institutionnels vont conserver ou renforcer leurs avoirs en actifs décorrelés. En particulier, 50 % d’entre eux envisagent d’accroître leurs positions dans le private equity, 45 % d’augmenter la dette privée, 41 % de renforcer les hedge funds et 34 % d’ajouter des actifs physiques, tels que l’immobilier. La majorité d’entre eux (56 %) est convaincue que leurs actifs alternatifs vont enregistrer en 2016 des performances supérieures à celles de 2015.
  • Moindre importance des obligations : en moyenne, les institutionnels allouent actuellement 28 % de leurs portefeuilles aux investissements obligataires. L’an prochain, 42 % d’entre eux comptent réduire la part des titres obligataires, soit la plus forte baisse de toutes les classes d’actifs. Seulement 16 % ont l’intention de renforcer la part des titres obligataires.
  • Principales causes de la volatilité du marché : selon plus de la moitié des institutionnels (54 %), la politique internationale représentera la première cause de volatilité du marché en 2016. Les investisseurs estiment que les marchés sont également confrontés aux risques de difficultés économiques en Chine (49 %), de divergence de politiques monétaires internationales (47 %) et de modification des taux d’intérêt (46 %).
  • Performances incertaines : selon les investisseurs institutionnels, la volatilité du marché constitue le risque majeur pour les performances de leurs investissements l’an prochain, suivie par la morosité de la croissance économique et les préoccupations liées à la politique monétaire.

"Les politiques des banques centrales, la volatilité du marché et les autres événements extérieurs exercent une forte influence sur les investisseurs institutionnels, a déclaré John Hailer, Directeur distribution internationale et Chief Executive Officer de Natixis Global Asset Management, Amériques et Asie. Dans un tel contexte, ils sont désireux d’améliorer leur rendement et leur performance. Nous constatons une demande importante en stratégies innovantes répondant à des besoins spécifiques au sein de portefeuilles plus diversifiés et complexes ».

 

Alliance de la gestion active et passive

Les institutionnels favorisent une approche hybride de l’investissement, combinant gestion active et passive. Selon l’enquête, ils se tournent vers des investissements gérés activement pour générer de l’alpha et détenir des actifs décorrélés, tandis qu’ils utilisent la gestion passive pour les actions principalement, en vue de réduire au minimum les commissions de gestion.

Deux tiers des investisseurs (67 %) pensent que les facteurs économiques internationaux et le regain de volatilité du marché vont favoriser la gestion active au détriment de la gestion passive en 2016.

 

Changement sur les taux ? Les investisseurs « jonglent » avec les obligations

Plusieurs pays, y compris les Etats-Unis, sont sur le point de relever les taux d’intérêt. Les autres maintiennent le statu quo ou ont récemment procédé à une baisse de taux. La divergence de politique monétaire est perturbante pour de nombreuses institutions et pourrait entraîner une hausse de la volatilité l’an prochain.

Si la Réserve fédérale américaine (la Fed) et les autres banques centrales augmentent les taux, qui sont aujourd’hui tombés à des plus bas historiques, les investisseurs institutionnels sont prêts à modifier leurs portefeuilles.

La majorité (65 %) d’entre eux va abandonner les obligations à duration longue au profit de celles à duration plus courte. Parmi les autres ajustements prévus : la réduction globale des positions obligataires (49 %), l’augmentation des placements alternatifs dans leur allocation d’actifs (47 %) et le recours aux stratégies de rendement absolu (47 %).

" Dans un contexte de marché volatile, marqué par la divergence des politiques monétaires et les troubles politiques internationaux, les investisseurs institutionnels en quête de rendement s’orientent de plus en plus vers les placements alternatifs », explique Christophe Point, Directeur de Natixis Global AM Distribution France, Suisse Romande et Monaco. « Ces stratégies représentent en effet une source de diversification, un élément crucial pour construire un portefeuille plus résilient sur le long terme », conclut-il.

 

En octobre dernier, Natixis Global Asset Management a mené une enquête auprès de 660 investisseurs institutionnels aux Etats-Unis, en Amérique latine, au Royaume-Uni, en Europe continentale, au Moyen-Orient et en Asie.

 

Les résultats sont présentés dans un livre blanc intitulé : « 2016 in focus, the investment outlook for institutional investors », publié par le Natixis Durable Portfolio Construction Research Center. Pour télécharger un exemplaire, consultez le site http://durableportfolios.com. Les résultats font partie d’une étude mondiale plus vaste qui sera publiée le mois prochain.

Natixis Global Asset Management S.A figure parmi les plus grands gestionnaires d’actifs mondiaux en termes d’encours sous gestion1. Ses sociétés de gestion affiliées offrent des produits de placement conçus pour accroître et protéger le patrimoine et le capital retraite d’une clientèle d’investisseurs institutionnels et de particuliers.

Son réseau de distribution propre lui permet d’offrir les produits de ses filiales à travers le monde. Natixis Global Asset Management met en commun les compétences d’un ensemble de sociétés de gestion spécialisées en Europe, aux États-Unis et en Asie pour offrir une large gamme de stratégies de placements en actions, obligations et gestion alternative. Natixis Global Asset Management, dont le siège est situé à Paris et à Boston, totalisait un encours sous gestion de 775.5 milliards d’euros au 30 septembre 20152. Natixis Global Asset Management est une filiale de Natixis.

Natixis Global Asset Management comprend également des unités de développement locales au niveau international dont NGAM S.A., une société de gestion d’actifs luxembourgeoise autorisée et régulée par CSSF ainsi que ses bureaux de distribution dont NGAM Distribution France.

1 Cerulli Quantitative Update : Global Markets 2015 situe Natixis Global Asset Management, S.A. à la 17e position parmi les asset managers mondiaux sur la base des actifs sous gestion au 31 décembre 2014. Les références à un classement, un prix ou à une notation ne préjugent pas des résultats futurs de ce dernier.

2  Source : Natixis Global Asset Management au 30 septembre 2015.

To secure its communication, contents are certified on the blockchain using Wiztrust.

Contacts Presse