Natixis, IBM et Trafigura lancent la toute première solution blockchain à destination du marché du pétrole brut américain

28 mars 2017

Natixis, IBM et Trafigura ont mis au point la première solution blockchain dans le cadre de transactions de financement du commerce de pétrole brut aux Etats-Unis. Le registre distribué s’appuyant sur la technologie open source Hyperledger Fabric de la Linux Foundation, permet la numérisation des principales étapes de ce type de transactions sur la blockchain, garantissant ainsi une plus grande transparence, une meilleure sécurisation des échanges et une efficience opérationnelle accrue.

En réunissant l’acheteur, le vendeur et leurs banques respectives sur un unique registre distribué, toutes les parties peuvent simultanément visualiser et partager les données relatives au statut de la transaction (de la confirmation et de la validation de la nouvelle transaction en passant par le contrôle de la cargaison jusqu’à sa livraison finale puis l’annulation de la lettre de crédit associée).

Cette solution permet de réduire la durée du cycle de trésorerie et les frais de gestion de la transaction. Elle offre une plus grande transparence sur les transactions réduisant de facto les risques de fraude.

Ce projet s’inscrit dans une initiative de grande ampleur visant à moderniser le négoce de pétrole brut, qui est aujourd'hui principalement géré via des procédés manuels et non digitalisés. 

« Natixis met la blockchain au service de ses clients afin d’optimiser et de moderniser le financement du commerce de matières premières » déclare Arnaud Stevens, Responsable Énergie et matières premières chez Natixis à New York. « Le processus actuel repose sur l’utilisation de documents papier et s’avère très chronophage avec une automatisation limitée. L’utilisation de la technologie blockchain offre une opportunité d’innovation indispensable à ce secteur. »

La nouvelle plateforme permet le partage au sein d’un seul et même registre distribué de documents commerciaux, de mises à jour des statuts d’expédition, de livraison et de paiement. Elle contribue à réduire la durée de traitement des transactions, évitant également la duplication de documents. Cette plateforme permet une sécurisation accrue des échanges grâce à un processus d’authentification de tous les partenaires commerciaux.

La solution est hébergée sur la plateforme cloud d’IBM, Bluemix et a été développée et déployée par IBM France. 

« L’industrie du négoce d’énergie et des matières premières est prête à accueillir les avancées offertes par la technologie blockchain », selon James Wallis, Vice-Président, responsable des marchés et engagements blockchain d’IBM. « L’approche que nous adoptons, en utilisant une blockchain permissionnée reposant sur la solution Hyperledger Fabric, a le potentiel de transformer ce secteur en standardisant les transactions et en favorisant la numérisation des transactions. Le fait de créer cet écosystème pour le marché des matières premières en partenariat avec les deux leaders mondiaux du domaine favorisera l’émergence d’une toute nouvelle approche à l’égard de la gestion de ce type de transaction. »

La plateforme sera bientôt ouverte à d’autres intervenants d’une même transaction leur permettant à leur tour se saisir des données dans la blockchain. Par exemple, le transporteur, l’exploitant du pipeline, l’inspecteur de l’entrepôt, pourront fournir des mises à jour en temps réel via la blockchain quant au statut d'une transaction sur du pétrole brut, permettant ainsi de réduire le risque de fraudes. À noter que le registre distribué servant à consigner ces transactions sur pétrole brut est destiné à être adopté par toute l’industrie, pour plus de transparence et d’efficience.

« En partenariat avec Natixis et IBM, nous avons analysé le flux de travail inhérent aux transactions sur le pétrole brut aux États-Unis, en détaillant notamment les différentes étapes d'une transaction ainsi que nos interactions avec les établissements financiers et les documents que les différentes parties sont tenues de se remettre » explique Rodney Malcolm, Chief Financial Officer pour l’Amérique du Nord de Trafigura Trading. « L’objectif consiste à digitaliser les processus traditionnellement peu automatisés et reposant sur une grande utilisation de documents papiers. La blockchain offre davantage de transparence et un meilleur partage des données. Cette technologie permet à tous les intervenants au sein du réseau de recevoir des notifications en temps réel et des mises à jour de leur transaction sans risque de modification ni de falsification. Chaque modification ou nouvelle transaction génère immédiatement un nouvel enregistrement au sein du registre comptable partagé. »

Frédéric Dalibard responsable digital de la Banque de Grande Clientèle de Natixis ajoute : « Ce partenariat avec IBM et Trafigura est un projet important pour Natixis et affirme notre souhait de concrétiser nos travaux sur la blockchain».

IBM travaille activement avec des centaines de clients pour mettre au point une Blockchain répondant aux besoins des entreprises. A travers ses moyens et ses contributions open source mis à disposition des développeurs de logiciels, IBM fait progresser la science de la Blockchain, en la rendant plus accessible, ouverte et simple. Les services financiers, les chaînes d’approvisionnement, l'Internet des objets, la gestion des risques, la gestion des droits numériques et la santé sont quelques-uns des domaines qui sont prêts pour des changements majeurs se basant sur la Blockchain.

IBM est un des membres fondateurs du projet Hyperledger géré par la Linux Fondation.

Pour plus d'informations sur la blockchain d'IBM : www.ibm.com/blockchain

Fondé en 1993, le Groupe Trafigura est aujourd’hui un des plus grands négociants indépendants de matières premières au monde. Trafigura s’approvisionne, stocke, mélange et transporte une gamme de matières premières (y compris le pétrole et les produits pétroliers et les métaux et minerais) à des clients partout dans le monde. L'activité de négoce est soutenue par des participations et des actifs industriels et financiers, tels que  49.6 pour cent dans la société de distribution mondiale de produits de pétroliers Puma Energy; 50 pour cent de la joint-venture DT Group ; l’opérateur international de terminaux portuaires et de logistique multimodale Impala Terminals; la Division Minière de Trafigura et Galena Asset Management. La société est détenue par environ 600 de ses 4’100 employés qui travaillent dans 61 bureaux répartis dans 36 pays à travers le monde. Trafigura connaît une croissance substantielle ces dernières années, augmentant ses revenus de 12 milliards de dollars en 2003 à 98.1 milliards de dollars en 2016. Depuis plus de vingt ans, le Groupe mets en relation ses clients et l’économie mondiale, créant  la prospérité en redéfinissant le négoce. www.trafigura.com

www.trafigura.com

IBM:

Holli Haswell
Director External Communications
Industry Platforms
IBM
Office (720) 396-5485
E-mail: hhaswell@us.ibm.com

 

Trafigura:

Victoria DIX

Head of Media Relations | Corporate Affairs

TRAFIGURA PTE LTD

Direct: +41 22 595 3397

New Mobile: +41 79 640 5456

E-mail: victoria.dix@trafigura.com

To secure its communication, contents are certified on the blockchain using Wiztrust.

Fichier attaché

Contacts Presse