Natixis soutient la recherche contre le cancer en s’associant à l’Institut Gustave Roussy

Paris, France, 20 décembre 2012

Natixis s’engage auprès de l’Institut Gustave Roussy pour faire avancer une nouvelle approche dans le traitement du cancer, porteuse de grands espoirs : la médecine personnalisée. Natixis a choisi de soutenir 3 nouvelles équipes de chercheurs pendant 3 ans.

Premier centre de lutte contre le cancer en Europe, l’Institut Gustave Roussy a toujours associé étroitement le soin à la recherche fondamentale et clinique, lui conférant ainsi une expertise mondialement reconnue dans le domaine de l’innovation thérapeutique en cancérologie.

En 2009, l’Institut Gustave Roussy a initié un programme de recherche en médecine personnalisée, visant à développer pour les patients, de nouveaux traitements ciblés guidés par la biologie (par l’analyse du génome de la tumeur). Se plaçant parmi les 10 leaders mondiaux dans ce domaine, l’Institut Gustave Roussy s’est lancé un ambitieux défi, baptisé

  • Révolution Cancer ». Il vise à lever, en 3 ans, 10 millions d’euros auprès de grands donateurs et de mécènes, afin d’accélérer le développement de la médecine personnalisée.

Consciente de l’importance des moyens à mobiliser pour combattre la maladie, Natixis s’est associée au programme « Révolution Cancer », en soutenant 3 nouvelles équipes de chercheurs sur le site de Gustave Roussy.

La première équipe labellisée Natixis est dirigée par le Docteur Jean-Luc Perfettini. Son projet de recherche « Morts cellulaires et Sénescence » consiste à définir avec précision les processus biologiques impliqués dans l’élimination des cellules cancéreuses suite à un traitement par radiothérapie. Son objectif est de contribuer à améliorer les performances de la radiothérapie et la qualité de vie des patients après traitement.

Le partenariat de Natixis avec l’Institut Gustave Roussy va permettre, avec ce projet pluriannuel, d’accélérer la recherche sur le cancer, et sans doute de faire gagner plusieurs années dans la définition de nouveaux traitements. Les deux autres nouvelles équipes soutenues par Natixis devraient être constituées dans les prochains mois.

Natixis est la banque de financement, de gestion et de services financiers du Groupe BPCE, deuxième acteur bancaire en France avec 21 % des dépôts bancaires et 36 millions de clients à travers ses deux réseaux, Banque Populaire et Caisse d’Epargne.

Avec près de 22 000 collaborateurs, Natixis intervient dans trois domaines d’activités dans lesquels elle dispose d’expertises métiers fortes : la Banque de Grande Clientèle, l’Épargne et les Services Financiers Spécialisés.

Elle accompagne de manière durable, dans le monde entier, sa clientèle propre d’entreprises, d'institutions financières et d'investisseurs institutionnels et la clientèle de particuliers, professionnels et PME des deux réseaux du Groupe BPCE.

Cotée à la Bourse de Paris, elle dispose d’une structure financière solide avec un total de fonds propres Core Tier 1 de 13,4 milliards d’euros, un ratio Core Tier one de 11,4 % et des notations long terme de qualité (Standard & Poor’s : A / Moody’s : A2 / Fitch Ratings : A+) (Chriffres au 30 septembre 2012).

L’Institut de cancérologie Gustave Roussy, premier centre de lutte contre le cancer en Europe est un établissement de santé privé d’intérêt collectif, habilité à recevoir des dons et legs. Il constitue un pôle d’expertise global contre le cancer entièrement dédié aux patients. Il réunit sur un même site 2 600 professionnels dont les missions sont le soin, la recherche et l’enseignement. Gustave Roussy en chiffres : 353 lits et 88 places d’hôpital de jour, 220 médecins statutaires, 900 soignants, 194 000 consultations et 46 000 patients suivis par an, 27 équipes de recherche, 2 800 étudiants, chercheurs et médecins formés par an. Site Internet : www.igr.fr

Dr Jean-Luc Perfettini, 41 ans, nationalité française

Le Docteur Jean-Luc Perfettini est chargé de recherche (CR1) à l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM). À la suite de l’obtention de son doctorat d’Immunologie à l’Institut Pasteur (2002), cet ancien étudiant du Pr Alice Dautry (Institut Pasteur) et du Pr Philippe Kourilsky (Collège de France) intègre le laboratoire “Apoptose, Cancer et Immunité” (INSERM U848) du Pr Guido Kroemer à l’Institut Gustave Roussy. Proche collaborateur pendant plus de dix années du Pr. Guido Kroemer (qui est le chercheur français le plus cité à travers le monde dans des publications scientifiques de biomédecine), le Dr Jean-Luc Perfettini a acquis une expertise internationalement reconnue dans la compréhension des processus de mort cellulaire (comme l’apoptose et la catastrophe mitotique).

Reconnaissance internationale

Ces travaux ont fait l’objet de plus de 50 publications scientifiques et de nombreux commentaires dans des journaux tels que Nature Medicine, Nature Cell Biology, Nature Immunology, Journal of Experimental Medicine et le journal de recherche translationnelle Nature/Science-Business eXchange et ont été présentés lors de congrès scientifiques internationaux. Son expertise scientifique participe à l’évaluation de travaux de recherche nationaux et internationaux au sein de l’Agence Nationale de Recherche et du Cancéropôle Ile de France ainsi qu’au niveau de plus de 12 journaux scientifiques. Membre fondateur de l’International Society of Biological Danger Signals (ISBDS), le Dr. Jean-Luc Perfettini est également membre de la European Cell Death Organization (ECDO).

Ses récents travaux

Ils l’ont récemment amené à s’intéresser à une nouvelle forme de mort cellulaire appelée entose. L’entose (dont le préfixe grec ento- signifie « dedans ») implique l’internalisation d’une cellule vivante (la cellule cible) dans une autre cellule vivante et aboutit à l’élimination de la cellule cible à la suite d’une mort cellulaire lysosomale. Bien qu’observée par les histopathologistes durant de nombreuses années au niveau des tumeurs, l’entose est un processus cellulaire encore peu étudié.

Le Dr Jean-Luc Perfettini explore actuellement les mécanismes moléculaires de cette nouvelle mort cellulaire et détermine l’influence de la radiothérapie sur ce processus biologique.

 

Résumé du projet de recherche à 5 ans

La radiothérapie représente avec la chirurgie et la chimiothérapie, l’une des stratégies anti-tumorales les plus efficaces. Plus de la moitié des patients atteints de cancers sont traités par radiothérapie. L’utilisation de la radiothérapie seule ou en association avec la chirurgie et la chimiothérapie est notamment un élément central de la prise en charge de tumeurs du sein, du poumon, de la prostate, de la sphère ORL et du col utérin. Les processus biologiques impliqués dans l’élimination des cellules tumorales irradiées restent cependant partiellement définis. Les avancées scientifiques et technologiques réalisées durant ces dernières années ont permis de révéler l’existence de plusieurs processus de mort cellulaire comme l’apoptose, la mort cellulaire autophagique et la sénescence au niveau des tissus irradiés. Cependant, l’implication précise de ces différents processus létaux dans l’élimination des cellules irradiées reste complexe et est sujet à controverse.

L’équipe « Morts cellulaires et Sénescence » dirigée par le Docteur Jean-Luc Perfettini a pour objectif de définir avec précision les bases moléculaires et cellulaires des processus biologiques impliqués dans l’élimination des cellules cancéreuses à la suite d’une radiothérapie. En combinant des approches de biologie cellulaire et moléculaire, d’épigénétique et de médecine expérimentale et grâce au développement d’approches innovantes de microscopie confocale à fluorescence, le projet de recherche porté par cette équipe permettra également de mieux connaitre les effets des radiations sur les cellules tumorales ainsi que sur les cellules normales.

 

 

 

L’objectif de l’équipe

  1. Mener une recherche autour de la radiothérapie

L’originalité du projet de recherche porté par l’équipe « Morts cellulaires et sénescence » provient du lien qu’elle fait avec la radiothérapie. Il est important de rappeler que la radiothérapie est un traitement fréquent et de plus en plus efficace, il concerne près d’un malade sur deux, c’est aussi un traitement très innovant grâce à l’évolution des équipements de dernière génération.

  1. Faire émerger des innovations qui bénéficieront aux malades

L’autre point innovant de leurs travaux est que l’équipe focalise sa recherche à la fois sur la cellule normale et sur les cellules tumorales. Ceci afin de mieux comprendre comment les radiations dues au traitement induisent la mort ou la sénescence des cellules. Ces travaux devraient également permettre d’identifier des mécanismes cellulaires qui pourraient rendre les cellules tumorales plus sensibles aux radiations que les cellules normales et aboutir-comme application ultime- au développement de nouvelles stratégies thérapeutiques permettant d’augmenter l’efficacité de la radiothérapie et le confort des malades.

To secure its communication, contents are certified on the blockchain using Wiztrust.

Fichier attaché

Contacts Presse