Résultats annuels 2011 et du quatrième trimestre 2011

Paris, France, 23 février 2012

Bons résultats 2011, RNPG de 1 562 M€, grâce à la transformation profonde du modèle économique de Natixis

Solides performances opérationnelles : RAI1 stable vs 2010 à 2 241 M€ Ratio Core Tier 1 de 10,2%2 au 31 décembre 2011 (Bâle 2,5)

Proposition de distribution d’un dividende de 0,10 € par action3 en numéraire. Taux de rendement par action : 4,2%4. Taux de distribution de 24%

Solides performances opérationnelles malgré la détérioration de l’environnement

  • PNB1 en hausse de 3% à 6 717 M€ vs. 2010
  • Résultat avant impôt1 stable en 2011 vs. 2010 à 2,2 Md€
  • Résultat net part du groupe en 2011 : 1 562 M€ (-10% vs. 2010) et 4T11 : 302 M€, avec un faible impact des éléments non opérationnels

Ratio Core Tier 1 de 10,2%2 au 31 décembre 2011 (Bâle 2,5), + 370 points de base2,5 en trois ans

  • Très forte réduction des besoins de liquidité6 en trois ans (-37%)
  • Réduction de 39% des actifs pondérés7 en trois ans
  • Mise en place de l’opération P3CI le 6 janvier 2012

Plan New Deal : un modèle économique profondément transformé

  • Poursuite du recentrage de la BFI. Accélération du développement du modèle « originate to distribute » qui permet une bonne résistance des performances : RAI de 979 M€ en 2011 et de 151 M€ au 4T11. ROE en hausse en 2011 vs. 2010 malgré la baisse du PNB de la BFI
  • Réussite du modèle multi-boutiques de gestion d’actifs avec distribution centralisée : collecte nette positive de 3,7 Md€ en 2011 dans un marché très difficile
  • Synergies de revenus avec les réseaux BPCE en avance sur l’objectif

Laurent Mignon, Directeur Général de Natixis, a déclaré : « Les résultats 2011 sont de bonne qualité et démontrent la capacité de Natixis à générer des performances récurrentes dans un environnement difficile. Notre modèle économique s’est profondément transformé depuis mi-2009 grâce à la mise en œuvre de la stratégie New Deal. La structure financière s’est considérablement renforcée, conséquence d’une politique volontariste de réduction des risques pondérés initiée dès 2009 et accélérée à l’été 2011, d’une capacité bénéficiaire restaurée et de la mise en place de l’opération P3CI avec BPCE. En 2012, nous poursuivrons l’adaptation de notre modèle économique grâce au plan de réduction supplémentaire des besoins de liquidité et des risques pondérés. L’ensemble de ces actions et la mobilisation de nos équipes nous permettront de remplir les futures exigences de capital Bâle 3 dès le 1er janvier 2013. »

 

  1. Hors GAPC, résultat des activités abandonnées et coûts de restructuration. 2 Intégrant l’effet de l’opération P3CI et y compris CRD3. 3 Sous réserve de l’approbation par l’assemblée générale des actionnaires du 29 mai 2012. 4 Basé sur un cours de 2,36 €.
  1. Pro forma du traitement prudentiel des CCI en actifs pondérés à 370%. 6 Actifs à refinancer (court et long terme) de la BFI et de GAPC. 7 Hors traitement prudentiel des CCI en actifs pondérés à 370% et hors impact de CRD3.

Le Conseil d’administration a arrêté les comptes annuels de Natixis au titre de l’exercice 2011 le 22 février 2012. L’environnement économique et financier a été nettement plus difficile qu’en 2010 et le deuxième semestre de 2011 a été notamment marqué par l’intensification de la crise de la dette souveraine en Europe et ses effets de contagion au secteur bancaire. Les marchés financiers se sont focalisés sur les développements de cette crise européenne et ont connu globalement une année 2011 très difficile, que ce soient les marchés actions (l’indice Euro Stoxx 50 affiche un repli de 17,05% entre le 31 décembre 2010 et le 31 décembre 2011, alors que l’indice Euro Stoxx Banks est en baisse de 37,63%) ou les marchés du crédit, où les spreads ont été très élevés (l’iTraxx Main a atteint son plus haut niveau annuel le 23 novembre 2011 à 207 pb).

Dans ce contexte, la mise en œuvre de la stratégie New Deal s’est poursuivie. Celle-ci a permis la transformation profonde du modèle économique de Natixis et s’est traduite notamment par :

  • Une très forte réduction en trois ans des besoins de liquidité1 (-37%) et des actifs pondérés2 (-39%) dans un environnement réglementaire de plus en plus contraignant. Plus globalement, la stratégie New Deal se fonde sur une baisse sensible de la consommation de ressources devenues rares (capital et liquidités), tout en maintenant les revenus de Natixis à un niveau satisfaisant.
  • Un renforcement significatif de la structure financière depuis début 2009 avec un ratio Core Tier one de 10,2%3 au 31 décembre 2011, soit 370 points de base3,4 de plus qu’au 31 décembre 2008. Cette amélioration très nette est la conséquence d’une politique volontariste de réduction des risques pondérés, d’une capacité bénéficiaire largement restaurée et de la mise en place de l’opération P3CI (« Prêt Couvrant les CCI ») le 6 janvier 2012.
  • De solides performances opérationnelles en 2011 malgré la détérioration des conditions d’activité notamment au 2S11. Le PNB de 2011 s’élève à 6,7 milliards d’euros, en croissance de 3%, ce qui constitue une bonne performance (hors éléments non-opérationnels5 le PNB baisse de 1%). Le résultat avant impôt6 s’élève à 2,2 milliards d’euros, équivalent à celui réalisé en 2010, traduisant une bonne maîtrise des charges d’exploitation et du coût du risque.

Sur le plan stratégique, plusieurs avancées significatives sont intervenues en 2011 :

  • La mise en œuvre opérationnelle du plan de réduction supplémentaire des actifs pondérés (10 milliards d’euros à fin 20137) et des besoins de liquidité8 (15 à 20 milliards d’euros à fin 2013) a débuté dès juillet 2011.
  • Le recentrage de la Banque de Financement et d’Investissement sur ses clients s’est poursuivi et le développement du modèle « originate to distribute » s’est accéléré avec la montée en puissance de la plate-forme de dettes. Dans ce cadre, un grand nombre de positions concurrentielles et de classements se sont améliorés. Natixis est notamment la meilleure banque sur le marché des Covered Bonds en 2011 selon The Cover/Euroweek Covered Bond Awards.
  • Le succès de la stratégie de la Gestion d’actifs de Natixis s’est confirmé, avec une collecte nette de 3,7 milliards d’euros en 2011. La réussite de cette stratégie se fonde sur le modèle multi-boutiques performant (diversification des expertises de gestion) et le développement d’une distribution centralisée efficace et en croissance.
  • Les Services Financiers Spécialisés ont poursuivi leur développement en étroite collaboration avec les réseaux de banque de détail de BPCE. La diffusion des offres de produits et services dans les réseaux s’est intensifiée, notamment dans le Crédit à la consommation et dans l’Affacturage. La mutualisation des plates-formes se poursuit dans le domaine des Paiements. En 2011, GCE Car Lease a été intégré au sein de Natixis Lease.
  • Les synergies de revenus avec les réseaux de BPCE sont en avance sur l’objectif, à 274 millions d’euros cumulés au 31 décembre 2011, grâce notamment au dynamisme des Services Financiers Spécialisés.
  • Coface a finalisé son recentrage stratégique sur l’assurance-crédit.
  • Dans un contexte difficile, le bénéfice par action de Natixis s’élève à 0,43 euro en 2011 vs 0,46 euro en 2010. Le versement d’un dividende de 0,10 euro par action, payé en numéraire, sera proposé à l’assemblée générale des actionnaires (le 29 mai 2012), soit un taux de distribution de 24% illustrant le renforcement de la structure financière de Natixis et des résultats financiers satisfaisants.

 

  1. Actifs à refinancer (court et long terme) de la BFI et de GAPC.
  1. Hors traitement prudentiel des CCI en actifs pondérés à 370% et hors impact de CRD3.
  1. Intégrant l’effet de l’opération P3CI et y compris CRD3.
  1. Pro forma du traitement prudentiel des CCI en encours pondérés à 370%.
  1. Détails en annexe.
  1. Hors GAPC, résultat des activités abandonnées et coûts de restructuration.
  1. Hors impacts de Bâle 2.5 et 3, à cours de change constants.
  1. Actifs à refinancer (court et long terme).

Les résultats consolidés de Natixis ont été arrêtés le 22 février 2012 par le conseil d’administration. Les procédures d’audit sur les comptes consolidés au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2011 sont en grande partie finalisées. Les rapports d’audit des commissaires aux comptes relatifs à la certification des comptes consolidés seront émis après vérification du rapport de gestion et réalisation des procédures requises pour la finalisation du document de référence.

Retrouvez le document complet dans le fichier joint.

To secure its communication, contents are certified on the blockchain using Wiztrust.

Fichier attaché

Contacts Presse